Transcription par A. Goethals

 

Contrat de mariage de Pierre le Roy  et  Catherine Dessuslemoustier,

Mons, 3 octobre 1456

(Archives de l'Etat à Mons, microfilm MH 6)

 



                                                                                3 8bre 1456

 

[1]   Nous, Henry Resteau, Ansseau Doremus, Jehan de Froimont, Gerart Le Beghe dit du Grousaige, Caisin le Roy, Colinet Maselant et Jehan Masselot clercq  ~  Scavoir faisons à tous que pardevant nous qui pour ce espécialm(en)t y furent appellés

 

[2]    com(m)e hommes de fief à t(rè)shault et trèspuissant prince, N(ot)re tresredoubtét seigneur M(o)ñ seigneur le Ducq de Bourgoingne et de Braibant, Comte de Haynñ(aut) et de Hollande  ~  Secomparurent personnelm(en)t, demiselle Jehanne Helline, vefve de feu Jehan le Roy,

 

[3]    clercq, et Pieret le Roy, son filz, demorant en la ville de Mons, d'unepart  ~ Et Colin Dessuslemoustier, filz de feu Henry Dessuslemoustier [*1], Lambert Dessuslemoustier  nepveult audit Henry, et Sandre Descamps [*2], Tout troy com(m)e executteur qu'il se disoient yestre du testam(en)t

 

[4]    ledit Henry Dessuslemoustier,  Enprendant sour eulx et en leur charge  Catton Dessuslemoustier, fille du dessus dit Henry Dessuslemoustier, demorant en la ditte ville de Mons, d'aultrepart   ~  Et làendroit lesdittes parties, de leurs bonnes vollontét et sans

 

[5]    constraincte, disent et comment(è)rent que les prommesses et convenences du traittiét de mariaige qui par le plaisir de Dieu et par le conseil de pluiseurs leurs proismes [*3] et amis  ~  Tant nous, lesdis hommes de fief, comme aultres, fait et concluét, en la pr(ésen)ce

 

[6]    de nous lesd(i)ts hommes de fief, Par entre lesd(i)ts Pieret le Roy et Catton Dessuslemoustier, effectuer et sont  telles que cy-après s’ensuilt et qu'il est dit et devisét en ces p(rése)ñtes l(ett)res   ~  ~   Premiers, fu par laditte  demiselle Jehanne Helline prommis audit Pieret

 

[7]    le Roy son filz, pour et en l’advancement de son dit marraige - de Icelui dit Pieret laissier de ce jour en advant  ghoyr [*4] et possesser, francement, pour lui et ses hoirs, atousiours, et de ce elle déporter nuement dès maintenant de tout le droit que elle y avoit

 

[8]    et pooit avoir et demander des parties d’éritaiges et r(e)ntes héritaubles, tenues tant de fief comme en mainferme chy après déclarées et esclarchies  ~  ~   C'est assavoir  ung fief ample tenut de hault et noble monseigneur de le Hamaide,

 

[9]    adcause de sa terre d’Arcq & d’Anniers [*5], assiz et afferm(ées) sour la maison, terre, fief et appendances en [Tournay ?] et lequel se comprent en wyt [*6] livres fors cens qui vallent à tourñ(ois)  Et eschéant au jour de grant pasques, vingt chincq livres tourñ(ois)  ~  ~   Item le

 

[10]  moittiét de sa maison héritaiges et appendances que on dist de Froidefontaine [*7],  Et aultre en le moittiét de ung t(er)re y appendant qui contient chincq bonniers sans les hayes - qui puelt valloir de dyx ans à aultre, environ cent livres partant à l’encontre

 

[11]  de Jacquemim le Roy, son frère, à eulx ordonñ(é) par advis de père et de mère,  Pour d’icelle maison, héritaige et appendances & boz - si l'un d'iaux [*8] deux alloit de vie à trespas,  sans hoir ~ Estre hoir l’un de l’aultre sans ce que riens en retournaist à nulz

 

[12]  de ses frères & soeur  ~  de laquelle maison on rendt ch(ac)uñ an - moittiét au noël et l’aultre à le Saint Jehan    Syssante livres tourñ(ois),  C’est pour la ditte moictiét,  Trente livres tourñ(ois)  ~  Item le moictiét de pluiseurs  héritaiges - tant prez comme

 

[13]  terres ahannable, gisans à le Cauchie Nostre Damme  emprès Horues [*9], partant allencontre dudit Jacquemin, son frère,  qui vallent ch(ac)uñ an, l’un par l’autre - Tant en leuwiers [*10] com(me) en censse, douze livres quattre rasièrres - troix quartiers de bledt

 

[14]  telle que dote prisle dudit lieu de le Cauchie à lui aussi ordoñn(ét) par advis -  C’est pour le moittiét, Syx livres deux rasièrres quartier et demy de bledt,  Et avoecq ce la moittiét de quatre aulnois là gisans qui se taillent de syx ans à aultres cõ(n)tenñ(ant)

 

[15]  emsamble siept journelz  ~  Et aussi touttes les cens, rentes, héritaiges et terraiges, avoecq le seignourie haulte moyenne et basse quelle avoit gisant à Ausquillie et à Baugnies [*11], eschéans aux termes de noël, Sainct Jehan et candeller [*12], qui vallent

 

[16]  ensamble siept journelz  ~ Et aussi ordonnées par advis - Quattre livres dyx solz tourñ(ois) ung muy d'avaine, syx cappons,  syx pains et quattre rasierres de bledt [*13]   ~   ~  Item prommist en oultre la ditte demiselle Jehanne Helline de donner audit Pieret le

 

[17]  Roy, son filz, pour et en l’advancem(en)t de son dit marriaige et affin qu’il s’en puisse aidier en ses affaires pour une foix payer - le somme de deux cens livres tourñ(ois) monñ(aie) coursable audit pays de Hayñn(aut) - A payer  Cent livres - incontinent son dit marraige fait

 

[18]  et solle(m)pnisiét sans maise ocquison [*14] -  Et les aultres Cent livres dedens le jour de grant pasques proisme  vennans qui sera en l’an mil quattre cens et chincquante siept   ~  Et par les devant nommés  Colin Dessuslemoustier,  Lambert Dessuslemoustier

 

[19]  et Sandre Descamps, comme exécutteur du testament le dessus dit Henry Dessuslemoustier, se que dit est ~ fu dit et mis en terme que icelle Catton Dessuslemoustier avoit et aueroit de son droit appertennant dès maintennant les parties qui s’enssuiwent   ~   Première

 

[20]  avoit laditte Catton de r(e)nte héritauble, ch(ac)uñ an, sour pluiseurs héritaiges et maisons gisans en laditte ville de Mons, en sa port(i)oñ contre ledit Colin et Henrion Dessuslemoustier, ses deux frères  ~ vennans del ordonnance à elle faicte par l’advis de ses père et mère

 

[21]  Si que par les parties confermer en ycelui advis et dont il seroit bailliét esclarcissement pour apparoir  la somme de vingt wyt livres dyx solz tourñ(ois)  ~    ~   Item avoit elle sa port(i)oñ contre sesdits deux frères - En [duarante ?] chincq livres sept solz

 

[22]  tourñ(ois) de r(e)nte héritauble ch(ac)uñ an - acquestées par ledit Henry leur père en son vefvet à Jacquemart de Gibiecque, asseurés sour la maison, yestre et entrepresure maistre Obert de Heppegnies, le père, gisant sour le  marchiét à Mons, tennant à le maison

 

[23]  des Eskierquiet [*15] et à le maison de le Licorne  -  laquelle port(i)oñ comprent ung chincqysme qui monte par an atousiours noef livres troix solz deux deniers tourñ(ois) ou environ   ~    Item avoit elle et que les mambours [*16] d’elle et de sesdits frères ont

 

[24]  acquis despuis le trespas dudit Henry au proffit d’icelle Catton seullement  ~  ung fief ample gisant à Ghameraige [*17] au [terroit ?] et làenthours  -  Secomprendant en terres ahannables et prés fauchables qui fu Jehan [Clarpcolle ?] lequel l’avoit mis en sécuretét

 

[25]  pardevers ledit Henry pour dyx wyt livres tourñ(ois) de pent(i)oñ par an, deues à la vie d'icelle Catton seullement, et qui fu vendus à déffaulte de paiement d’icelle ditte pent(i)oñ et par lesdis mambours acquis pour et que on ne trouvoit lors personne

 

[26]  qui l’ozaist accatter pour le doubte des ghuerres de Flandres [*18] aussi que la ditte pent(i)on appertenant d'autre part à icelle Catton, apparant par le testament de son dit père,  Duquel fief on ravoit adp(rése)nt de censse ch(ac)uñ an,  Au jour du noël  ~  A ung

 

[27]  appellét Gerart le Voost, la somme de douze livres tourñ(ois)   ~  Item avoit encorres icelle ditte Catton sa portion en douze livres tourñ(ois) de rente héritauble ch(ac)uñ an assizes en deux parties seullement  -  Sour aulcune héritaiges gisans en la

 

[28]  ditte ville de Mons, acquisse par les mambours desdis troix enfans  - laquelle port(i)oñ monte ung tierch de Quattre livres tournois    ~   ~   Item avoit elle pareillement sa portion contre sesdits deux frères  vennant d’acquets fait par lesdits 

 

[29]  mambours -  en la maison et tordoir dele Haynne gisant entre Espinleu et Ghellin [*19] dont on ravoit ad p(rése)nt largement au deseure des rentes payées la somme de dyx huit livres tourñ(ois)  C’est pour ung tierch en la part  d’icelle Catton ch(ac)uñ an - Syx livres tour(nois)

 

[30]  mais il soit sceub et entendut que s’il escquet ~ aulcunes réfections affaire sour ledit héritaige, le marit d’icelle  Catton doit et sera tenut de ens payer sa part affait que ce esquerra sans malenghien [*20] ~  Item avoit encorres la dessus ditte Catton, à elle venñ(ant)

 

[31]  del esquéance et par le trespas des emfans qui furent Jacquemart Bouzeau [*21], de rente héritable, ch(ac)uñ an, en sa port(i)oñ contre sesdis frères sour pluiseurs héritaiges gisans - Tant en la ville de Mons comme audehors -  la som(m)e de cent siept solz dyx deniers

 

[32]  tournois  ~   ~   Item avoit oultre plus  icelle ditte Catton, que son dit père ordonna à ycelle, l'autre part es pentions qui delui demoroient - Si que par son testament appert, ch(ac)uñ an de pent(i)oñ - à raccat du denier dyx [*22] -  là où la vie d’icelle Catton fuist

 

[33]  dénommée -  la som(m)e de vingt chincq livres tourñ(ois) dont pour et acomplir,  les devant dis executteurs prommisent de faire transport audit Pieret le Roy, en dedens ung [acors ?] prochain enssivant après son mariaige fait et sollempnisiét, de deux

 

[34]  l(ett)res de pentions - là où la vie d’icelle dicte Catton est adies dénommée.  Avoecques ung aultre livres de fraix lesdictes l(ett)res montant vingt livres tourñ(ois) par an, deues par la bonne ville de Mons, acquises par lesdis exécutteurs meismes au proffit dela ditte

 

[35]  Catton -  Et l’aultres montans cent solz tourñ(ois) par an, deue et obligié par Euvrart Chawet et Jehan Chawet,  son père, pareillement acquisse par lesdis exécutteurs   ~    Et se avoit encoirre la dessus ditte Catton en sa portion contre sesdis frères, veñ(ant)

 

[36]  Tant des pentions qui demorèrent de son dit père, comme de celles que lesdis exécutteurs avoient acquesté ch(ac)uñ an aussi à raccat du denier dyx - la somme de chincquante livres tourñ(ois)  Pour laquelle somme de chincquante livres tourñ(ois) acomplir - lesdis exécutteurs

 

[37]  feront transport de deux h(éritai)ges montants douze livres - tournois par an, là où il n'a que une vie seullement, et pour les aultres Trente wyt livres de chincq lettres, là où il avoit deux vies en ch(ac)uñe acquises par eulx lesdits exécutteurs là où le vie d'icelle Catton

 

[38]  fut adies dénommée avoecqz une aultre  -  A tel fin que pour joyr des paiement qui en estoient despuis le jour de le datte de cestes, sans maise ocquison -  Et lesquelles pention furent déclarrées yestre deues par cheulx qui  s’enssuiwent - Et dont lesdis exécutteurs deveront

 

[39]  faire transport audit Pieret dedens ung acors après son mariaige sollempnisiét  ~   Et premiers wyt livres tourñ(ois) par an deue et obligié par Jehan Richart dit [Accarin ?]   ~   Item quattre livres tourñ(ois) par an deue et obligié par Andrieu Estassart et Jehan Mathieu, son

 

[40]  beau père   ~    Item dyx livres tourñ(ois) par an vendue et obligié par Colart de Caudeville et Jehan [Wuttart ?]  ~  Item onze livres tourñ(ois) par an deue et obligié par Colart Gillebault   ~  Item syx livres tourñ(ois) obligié par Jehan Damannes, le père  ~ Item

 

[41]  Cent solz tourñ(ois) par an vendue et obligié par Gérart Phelippron dit [Duret ?] - et syx livres tourñ(ois) par an pareillement obligié par Antoine le Fort   ~    ~    Item et affin que sour laditte besoingne en pevist [conc…dre ?] tout d’une voye, lesdit exécutteurs

 

[42]  disent et devisèrent par moy exprès que parmy les choses susdittes par eulx acomplissant, le marit de laditte Catton,  Sicomme ledit Pieret seroit tenut de faire quittance d’eulx et as mambours d’elle -  Aussy à messeigneurs  les [eschevins …. exécutteurs ?] (dans le plis)

 

[43]  àcuy ce peult thouchier  ~  de tout le gouvernement et manyement que en avoit eut par l(ett)res demeurées dudit Henry, pères à laditte Catton, enquel manière que ce ait estét  -  jusque au jour de ce p(rése)ñt traittiét  -   sans [nul / mal évite(meñt) ?]  sans ce que en soit tenut

 

[44]  de lui ent - rendre - ne faire quelcque compte ne rensaignement ne qu’il enfuist personne de riens poursuivre   ~  ~   Item fu il encoirre devisét et dudit Pieret le Roy accordét et prommis de donner laditte Catton Dessuslemoustier  ~ Sittot leur fiancailles et   ~

 

[45]  l'espouser, b(ie)ñ et souffissanm(e)ñt, de deux cappons de rente, ch(ac)uñ an, à prendre sour francq fief gisant en pays de Haynñ(aut) et dece elle et ses mambours faire ahériter ainsy qu’il estoit et est de coustume  à tel fin qu’elle puist avoir franchise de [droictures ?] seloncq

 

[46]  le loy dudit pays, pour pooir renonchier as meubles et as debtes de son dit marit si bon lui sambloit ... Et fuist  et soit qu’elle enwist et si de lui hoir vivant ou non   ~   Item fu il pareillement devisét et dudit Pieret le Roy accordét et prommis de

 

[47]  faire asseurer souffissant, dedens le terme des troix ans prochains enssuans après ledict espousement fait et advenu à laditte Catton, dela somme de soyxante dyx livres de pention par an à raccat du denier dyx [… ?] ou  la  vie d'icelle Catton

 

[48]  avoecques aultres soit adies dénom(m)ée à tel fin que pour elle ent ghoyr comme en nom d'assene si son dit marit va de vie à trespas devant elle  ~  Soit qu’elle ait hoir de lui ou nom et qu’elle [ren…ad meubles et debtes ou term entendus que r….?]

 

[49]  et en [telle manière d’icelui dit ?] asseuré faire   ~   ledit Pieret le Roy se polra acquitter, si bon lui semble, pour transporter incontinent arrière es mains des mambours des assenne la ditte Catton des pent(i)ons venñ(ant) du costét deladicte Catton, telles

 

[50]  qu’il plaira iceulx dis executteurs  ~  et la ou la vie d’icelle ditte Catton -  son dénommée prendre [aff....?]  jusque à la somme de trente chincq livres tourñ(ois) par an sans mal engh(ie)ñ   ~   Et les aultres trente chincq livre tourñ(ois) par an de pent(i)oñ pour

 

[51]  le remain dudit assenne -  ledit Pieret le Roy doit et sera tenut promist  ~  eulx [encourent ?] à parfaire, entretenir, faire et acomplir, b(ie)ñ et enthierement, dedens le terme des trois ans cy-devant déclarét, sans maise oquison [admise/devui… ?] telle que pour les argens

 

[52]  venñ(ant) des raccas ou raccat d’icelles dittes pent(i)ons ou pent(i)on -  s’il advenoit que raccas ou raccat se faissoit ou (fuyst yestre adces remployés pour tenit condition dudit assenne, sans maise ocquison  ~  ~  Et se fu en oultre devisét et par ledit Pieret

 

[53]  le Roy prommis affaire raviestissem(en)t [*23] coustumier et souffissant seloncq loy -  dedens ung acors prochain enssuant après leur dit espousement de tous leurs b(ie)ñs meubles et catteulx pour le dareing vivant d’iaulx [*24], lesdis conjoints, succéder  en iceux 

 

[54]  b(ie)ñs ainsi qu’il appertendroit seloncq la loy dudit pays de Haynñ(aut)  ~  ~  Et sour les devises promesses et  convenences devant dittes  concludrent et accordèrent lesdittes parties le dit mariaige  ~  ~ Touttes lesquelles devises promesses et

 

[55]  convenences dessus dittes   ~  Eulx lesdictes parties et ch(ac)uñ diaux -  de tant que thouchier lui pooit et puelt, et que faire en doit si que cy-devant appert,  pro(u)misent et eulrent [enconnent à entretenir ?], faire et acomplir, b(ie)ñ et léalm(e)ñt  comme convens de mariaige

 

[56]  en avoir ne doit fraulde ne decept(i)oñ aulcune  ~  Avoecques promisent il à rendre & restituer tous les coulx,   fraix, despens ou dammaiges que faix ou encoulrus s(er)oient à la déffaulte de celui diaux parmy ce advenoit ou en celly ocquison   ~   ~ 

 

[57]  Et sour se, quinze deniers que cheulx desdictes parties acuy en s(e)roit en deffaulte desdittes prommesses de faire et acomplir ses ayant cause lesdits mambours, le ungs d'iaux ou le porteur de ces l(ett)res  ~ donner empolroient ou polroit à quel seigneur ou justice

 

[58]  que mieulx leur plairoit -  Sour le déffallant ou déffallans et sour leurs b(ie)ñs, hoirs ou [remains partout de ?] et ainsi que celly deffaulte monteroit pour celui déffallant ou défallanse et leur dis b(ie)ñs constraindre à celly deffaulte acomplir  ~  et lesdis

 

[59]  coulx et fraix   Rendre & restituer et ainsi touttes & quantes fois que deffaulte paroit et sour celui ou ceulx par  cuy ce advenroit   ~  ~ Et q(ua)ñt à tout che que devant est dit tenir faire payer et acomplir b(ie)ñ et enthirement de point empoint   ~

 

[60]  lesdictes parties - Assavoir est lesdis demiselle Jehanne Helline et Pieret le Roy - Et aussi lesdis Catton Dessuslemoustier  ~  Lambert Dessuslemoustier et Sandre Descamps et ch(ac)uñ d’iaux de tant que thouchiers lui pooit et puelt et que prommis et accordét

 

[61]  en ont se que cy dessus est esclarchit   ~  En obligèrent et ont obligiét, l’ung envers l’aultre, et envers lesdis mambours et le porteur de ces l(ett)res, yaux meysmes [*25] et ch(ac)uñ d’iaux, leurs hoirs, leurs successeurs, leur remann(ant) et tous leurs b(ie)ñs  ~

 

[62]  et les h(éri)t(ai)g(e)s de leur dis hoirs,  successeurs et remanñ(ants),  meubles et nom meubles,  p(rése)ns et  advenir, partout où que il soient et polroient yestre,  sceub & trouvét   ~  ~  En oultre, fu par ledit Pieret le Roy prommis de aller advant ou parfait dudit mariage

 

[63]  dedens le terme de quarante jours proisme veñ(ant) ou scy tost que saincte église si consentira, sans maise ocquison, par le foy de son corps sour ce corporellement subi et franchie Et sour quarante [more d'argent ?] de paine yestre [enqueubz et affamé ?] /  si rebelles

 

[64]  ou déffailans en estoit   ~  Et pareillement promissent lesdis Colin Dessuslemoustier,  Lambert Dessuslemoustier et Sandre Descamps de la dicte Catton Dessuslemoustier faire aller avant audit parfait de marriaige, dedens ottel terme que dit est, et sour 

 

[65]  [Ottel y avis yestre enquiz ?] que cy-dessus est dit et devisét si faulte y avoit  ~ laquelle Catton Dessuslemoustier  -  sour ce [enonchié ?] et appellée, là tantost et incontinent, descharga lesdis Colin, Lambert et Sandre  d’icelle prommesse et si le prommuist /

 

[66]  et eulx encouvent à acomplir sur ottel foy et paine y estre entens que cy-dessus est déclarrét de laquelle paine cheulx qui ceste promesse & convenence acomplir volroit  avoir la moittiét à son proffit  Et l’aultre moittiét dela  dicte paine polroit donner

 

[67]  à Justice  pour le défallant et ses b(ie)ñs constraindre adce acomplir en la manière que dit est  ~ Et ledit marriaige parfait & acomplit  -  ladicte paine yestre nulle et lesdittes parties ent demorer quittes / sans les aultres convens de

 

[68]  riens [advenir ainsi ?] doivent et deveront adies demorer,  en leur valleur et vertut et en la manière que dit et     déclariét est cy-dessus  ~  Et sour le avantd(its) deniers   ~  ~  En tesmoing desquelx choses dessus dictes et de ch(ac)uñe d’elles,

 

[69]  Nous, lesdits hommes de fief,  en advons ces p(réseñ)tes l(ett)res  - desquelles sont faictes deux d'une meysme, scellées de nos sceaux   ~   ~  Che fu fait, traittiét et accordét en laditte ville de Mons  ~ en la maison de moy, ledit Jehan de Froumont meysmes

 

[70]  l’an de grasce ñ(ot)re Seigneur mil quattre cens et chincquante syx. /  le Troixysme jour du mois d’octembre ~ ~ 

 

                                     signé      J. Masselot

 



 Notes :

Ce document fut rapporté par Pierre van Gehuchten, dans l’Intermédiaire des Généalogistes, 1964, pp. 177-181,

Fragments Généalogiques Montois - Les premiers Dessus le Moustier à Mons. - à la page 178, note 6.

     I. Henry DESSUS le MOUSTIER ne nous est connu de façon positive que par des mentions posthumes. L'auteur anonyme d'une généalogie de cette famille parue jadis dans l’Annuaire de la Noblesse affirme qu'il épousa Catherine de le LOGE, fille de Gérard de le Loge, échevin de Mons, et qu'il testa en 1449, se qualifiant d'écuyer dans son testament. 

  

      Henry vivait encore en 1452, année au cours de laquelle il acquit des rentes aux vies de ses trois enfants ci-dessous :

      1°) Colin, puis Colart, …

      2°) Henry, qui suit en …

      3°) Catton, puis Catherine, qui épousa, par contrat du 3 octobre 1456, Pierrot le ROY, fils de feu Jehan le Roy, clerc, et de Jehanne Hellin (6).

             (6) A. E. M., Recueil de contrats de mariage. La numérotation et la table de ces recueils se sont perdues durant la guerre ; ils ont dû être reclassés depuis. Nous ignorons l’ancien numéro de celui où nous avons trouvé l’acte analysé ici ; il est du 3 octobre 1456 :

             « Nous Henri Resteau Ansseau Doremus Jehan de Froimont Gerart le Beghe dit du Grousaige Caisin le Roy Colinet Maselant et Jehan Masselot clercq...

             Secomparut demiselle Jehanne Helline vesve de feu Jehan le Roy clercq et Pieret le Roy sen filz demorant en la ville de Mons... Et Colin Dessuslemoustier filz de feu Henry dessuslemoustier Lambert dessuslemoustier nepveult audit Henry et Sandre Descamps tout troy comme executteur quil se disoient yestre du testament ledit Henry Dessuslemoustier demorant en laditte ville de Mons... ».

             L’acte nous apprend que Pieret a un frère Jacquemin ; Catton a deux frères, Colin et Henrion, avec lesquels elle est héritière de biens par le trépas « les enffants qui furent Jacquemart Bouzeau ».

 Autres annotations :

[*1]      ligne 3   : « Colin Dessuslemoustier, filz de feu Henry Dessuslemoustier » : Henry Dessuslemoustier, alias Bovekerke, est effectivement décédé avant août  1452 (cf. Gobart 332).

[*2]      ligne 3   : « Sandre Descamps » : un personnage sans doute à rattacher à la famille Descamps dont Jean Descamps, époux d'Anne Dessuslemoustier, soeur présumée d'Henry Dessuslemoustier, alias Boverkerke, et tante paternelle de Catherine Dessuslemoustier concernée par ce contrat de mariage.

[*3]    ligne 5   : « leurs proismes » : leurs proximes = leurs proches.

[*4]    ligne 7   : « ghoyr » : jouir.

[*5]    ligne 7   : « haut et noble monseigneur de le Hamaide adcause de sa terre Darcq & Danniers » : Saint-Genois, Monumens Anciens, p. 21, nous renseigne qu’en 1473 (Cartulaire général), Jacques, seigneur de le Hamaide et de Rebaix, vasal du comte de Hainaut pour sa pairie de Rebaix, était également seigneur d’Arcq et d’Anières. Arc-Ainières (7910), entité de Frasnes-lez-Anvaing. 

                        Il renseigne en outre que « Pierart le Roy f. de feu Jean, dmt. à Mons » était feudataire de ce seigneur pour des « Rentes sur Boiseauriau, sit. à Arcq. ».  

[*6]    ligne 9   : « wyt » : le chiffre 8 (huit) ; plus loin il sera combiné avec « dyx, vingt, trente ».

[*7]    ligne 10 : « Froidefontaine » : non identifié.

[*8]    ligne 11 : « d’iaux » : d’eux.

[*9]    ligne 13 : « Cauchie Nostre Damme emprès Horues » : Chaussée-Notre-Dame-Louvignies (7063) près d’Horrues (7060), entité de Soignies.

[*10]  ligne 13 : « leuwiers » : loyers.

[*11]  ligne 15 : « Ausquillie et Baugnies » : Asquillies et Bougnies, entité de Quévy (7040).

[*12]  ligne 15 : « candeller » : lat. festa candelarum, fêtes des chandelles ou chandeleur - le 2 février.

[*13]  ligne 16 : « ung muy d'avaine » : un muid d'avoine ;  « quattre rassières de bledt » : quatre rasières de blé -  (muid et rasière = mesure de capacité).

[*14]  ligne 18 : « sans maise ocquison » : sans mauvais prétexte ou occasion, sans faux-fuyant.

[*15]  ligne 23 : « maison de l'Eskierquiet » : l’eskiekiet (= l’échiquier), une enseigne au Miroir - identifiée par François Collette, L’histoire de Mons, 2e partie - épisode 14 : Le commerce du vin, vache à lait des finances communales.

[*16]  ligne 23 : « mambour » : tuteur, administrateur de biens.

[*17]  ligne 24 : « Ghameraige » : Gammerages - Galmaarden (1570), localité brabançonne faisant frontière avec la Flandre orientale.

[*18]  ligne 26 : « personne qui l’ozaist accater pour le doubte des ghuerres de Flandres » : personne qui n’osait l’acheter pour le doute des guerres de Flandres.

                        La politique de centralisation des ducs de Bourgogne et son immixtion dans le gouvernement des villes étaient particulièrement mal perçus en Flandre et provoquèrent de nombreuses révoltes dont celle de la ville de Gand (1449-1453) à laquelle s’associa     également la ville de Ninove. Après s’être adressés en vain au roi de France, les milices gantoises firent appel à des mercenaires anglais et l’insurrection se transforma progressivement en état de guerre. La situation se termina toutefois en faveur de Philippe le Bon à la bataille de Gavere le 23 juillet 1453.

                        Le village de Gammerages, non loin de Ninove, n’était donc pas un lieu idéal pour les investisseurs en une période aussi troublée. 

[*19]  ligne 29 : « tordoir dele Haynne gisant entre Espinleu et Ghellin » : au faubourg du Parc, le moulin sur la Haisne entre l'abbaye d'Espinlieu et Ghlin.

[*20]   ligne 30 : « malenghien » : sortilège, mauvaise foi, dol, fraude, tromperie, ruse, méchant projet.

[*21]  ligne 31 : « emfans qui furent Jacquemart Bouzeau » : ceci semble indiquer une alliance assez proche avec la famille Bouzeau, soit par les Dessuslemoustier eux-mêmes, soit par les de le Loge.

                        S'agirait-il des Bouseau, seigneurs de Lambrechies, comme semble le suggérer Frédéric Collon, Héraldique des alliances des Dessus le Moustier, dans l’article de l’Intermédiaire qui suit celui de P. van Gehuchten ?

                        Information beaucoup plus tardive : Anne Marie Bouseau, dame d’Hauchin, fille de Philippe, seigneur de Lambrechies, épousa Philippe de la Barre, seigneur de Maurage, d’Erquelines, etc., qui fut créé chevalier en 1639.

                        Quant au fief de Lambrechies, dit également fief de le Val, son nom est resté rattaché à un terril de charbonnage, à cheval sur les communes de Quaregnon (7390), La Bouverie (7080 - entité de Frameries) et Pâturages (7340 - entité de Colfontaine).

[*22]  ligne 32 : « à raccat du denier dyx » : au rachat du denier dix - taxe ou taux d’intérêt pour le remboursement d’une rente ou d’un emprunt.

[*23]  ligne 53 : « raviestissement » : ravestissement : en droit coutumier, une donation réciproque entre époux.

[*24]  ligne 53 : « le dareing vivant d’iaulx » : le dernier vivant d’eux.

[*25]  ligne 61 : « yaux meysmes » : eux-mêmes.