Transcription par A. Goethals

 

Contrat de mariage de Bertrand Dessuslemoustier  et  Aliénore de le Porte

Mons 13 janvier 1517 n.st.

(Archives de l’Etat à Mons, microfilm MH 24 ‘séparés’)


 

Nous Ernoul du Moellin, Jehan Amand, Nicolas Buisseret, Augustin Corbault, Jaspart le Brun, Jehan Lecomte maistre es ars et baccelez es loix  et  Anthonne [*1]

le Jonne ~ Scavoir faisons à tous que pardevant nous qui pour ce y furens espé(ci)allem(eñ)t appellez  /.  Com(m)e hom(m)es de fief à la comté de Haynñ(aut) et court de Mons

Secomparurent en leurs personnes ~ honnourable hom(m)e  /. Bertrand de Dessus le Moustiez  adce jour  Sr du Payen et demorant en la ville de Mons /  d’une part   Et honnourable

damoiselle demoiselle Aliénore dame de le Porte et du Crako d’autre  ~   Et làendroit lesd(ites) parties comparantes de leurs bonnes et agréables vouluintés  sans quelq(ue) (con)straincte

disent & congneulrent / que à l’honneur de Dieu principallem(eñ)t et de ñ(ot)re mère sainte égl(is)e  /.  Aussi de leurs prochains parrens & amis Il avoit p(ar)mis aucuns jours esté pour parler

du traictié de mariage de luy led(it) Bertrand à la demoiselle Aliénore de le Porte  /.  Tellem(eñ)t que en ñ(ot)re d(i)te p(rése)ñce par le moyen des dessusd(its) et d’autres leurs bien voellans

Led(it) traictié fu proumis, concédé & accordé et de faict conclud  /.  Sur les devises proumesses & convenences qui s’enssievent  /.  Premiers  /.  disent & congneulrent lesd(ites)

parties comparantes  Que qu(ant) estoit à leur vaillant et chenan à tant d’héritaiges, de rentes héritables, pentions, biens meubles com(m)e or & argent Ilz en avoient eux

l’un de l’autre  ~  Aussi de leurs proesmes & amis de ch(ac)uñ costé  /  tel et si bon apaisem(eñ)t / que Ilz s’en tenoient pour contens et souffissanm(eñ)t apaisiez   /.   D(i)te fu encores par lesd(ites) parties

contractans dict & devisé  /.  Et espé(cia)llement par led(it) Bertrand concédé & accordé que s’il advenoit qu’il allaist de vie par trespas devant lad(ite) demoiselle Aliènore  /.  Que

Icelle d(i)te demoiselle  /  joyroit et proffitroit  /  enthierem(en)t de la moitié de tous les biens meubles qu’ilz aueroient au jour du trespas led(it) Bertrand   /.   Pour dez lors en ava(nt)

Lad(ite) demoiselle Aliénore en povoir faire  enthierem(en)t sa pure et france vouluinté Par don, transport, enghaigem(eñ)t  /  et en autre manière / ite(m) disent et devisèrent encores lesd(ites)

parties comparantes  et aquoy icelles se condeschendirent que s’il advenoit qu’elle lad(ite) demoiselle Aliénore allaist de vie par trespas avant led(it) Bertrand  /  Sans hoir de

son corps, iceluyd(it) Bertrand seroit tenu led(it) cas avenant  /  en récompence des biens que lad(ite) demoiselle portoit avoecqz elle en mariaige  /  sactisfaire & payer aux hoirs d’icelle

La som(m)e de deux mil livres tourñ(ois) pour une fois  /.  Desquellesd(ites) deux mil livres  Lad(ite) demoiselle Aliénore  Avoit retenu & retenoit par ces p(rése)ñtes / povoir et auctorité

Que, tant qu’elle seroit vivante, en pouvoit faire sa vouluinté Par don, proumesse, testament  /  ou autrem(eñ)t vaillablem(eñ)t et que led(it) Bertrand eult pour agréable / ite(m) Oultre

et par dessus  les choses dessusd(ites) Lad(ite) demoiselle Aliénore de le Porte  /   A retenu et retient par ces p(rése)ñtes auctorité / du gret & consentem(eñ)t lesd(it) Bertrand  /  Six pièces

des propres baghes lad(ite) demoiselle pour en faire et disposer à sa vouluinté  /.  telles que cy après s’enssievent /  Ite(m)  Asscavoir une aighière / deux ghobelletz [fremans ?]

ensamble  ~  Ung [lith plain done ?]  une crois d’or et ung signet d’or Entendu aussi que si led(it) Bertrand alloit de vie par trespas devant elle  /.  La moitié desd(ites) six pieces  / ~

apertiendroit aux hoirs dud(it) Bertrand sans malenghien Et l’autre moitié à la d(ite) demoiselle Aliénore  Laquelle d(i)te demoiselle polroit y avoir la moitié qui apertenroit

aux hoirs led(it) Bertrand pour les deniers par prisle de gens à ce co(ñ)gnoissans  /  Et sur ces devises, proumesses & conveneñ(ces)  /  Led(it) mariaige se parfist / conclud & aferma  / ~

Et à ceste cause les dessusd(ites) parties & ch(ac)uñ d’eulx  /  de tant que touchier le poelt et que proumis en ont cidessus /.  Le proumisent et eulrent enconvent Le tenir et

avoir pour agréable   /.   Meismes l’entretenir et acomplir de point empoint / bien et léallement  /.  Com(m)e convens de mariaige / où avoir ne doit fraulde / ne décept(i)oñ  / ~.

aucune  / ~   Et si à la déffaulte desd(ites) proumesses & convenences d’aucune d’icelles ou en cely ocquison /  faire, furnir et acomplir  / bien et enthierem(eñ)t, de point empoint,

aucuns coustz, fraix ou despens se faisoient ou engendroient par cuy [coumit ?] ne par quelle manière que ce fuist  / ~  Rendre et restituer les debveroit et doit cestuy

par cuy lad(ite) déffaulte adviendroit enthièrem(eñ)t et au plain au dict de la partie  intercessée ou du porteur de ces p(rése)ñtes lettres  /.  Sans autres proeves faire /  Et

sur le grand denier de don que cestuy desd(ites) parties acuy en seroit en déffaulte /  desd(ites) proumesses & convenences furnir et acomplir /  ou le porteur de ces p(rése)ñtes lettres

donner en polroit aquel seigñ(eu)r ou justice que mieulx luy plairoit  Sur la partie rebelle et refusante /  Pour luy et sesd(its) biens constraindre à sad(ite) pro(u)messe

furnir & acomplir  fuist entout ou en partie qua( t) de quoy et combien que ce fuist et ainsi touttes fois / que le cas escheroit  / ~   Pro(u)misent encores lesd(ites) parties

comparantes de procéder avant ou parfaire dud(it) mariaige / dedens quarante jours proesme veñ(ant) ou aussitost que ñ(ot)re mère saincte égl(is)e se y polra consentir & accorder

par les [foys ?] de leurs corps sur ce jurées et franchies  ~ Et sur Cent Ph(i)l(ippe)s d’or de paine  /  enquoy la partie refusante de procéder [avoit ?] oud(it) mariaige /  seroit [encheue ?]

Pour la moitié apertenir à MonSr de Cambray /  Et l’autre moitié à la partie entretenant et voellant faire son debvoir Entendu touttesvois que sitost que

lesd(ites) parties comparantes seront conjoingz ensamble par mariaige / Lad(ite) paine sera quitte et nulle /.  mais adez demoreront les autres proumesses et conveneures

en leur forche, valeur & virtu  /  pour en povoir poursuyr  / en servant [duquind ?]  /  par la manière devant d(i)te / ~   Et qua(n)t à tout ce que devant est dict  /  tenir faire,

furnir et acomplir  /  bien et enthièrem(eñ)t, de point empoint  /.  Lesd(ites) parties comparantes et ch(ac)uñ d’eulx / de tant que touchier leur poelt et que pro(u)mis en ont cidessus /.

S’en obligèrent et sont obligiez /  bien et souffissanm(eñ)t l’une envers l’autre  ~  Et le porteur de ces p(rése)tes lettres eulx meismes leurs biens / hoirs, successeurs et

remannans  / ~  Et les biens de leursd(its) hoirs & successeurs et remanñ(ants)  ~  Meubles et Inmeubles p(rése)ñs et advenir, partout où qu’ilz soient et polrront estre, sceuz et trouvez 

En renonchant closem(eñ)t g(é)ñ(ér)allem(eñ)t à tout et enthièrem(eñ)t  que ai dict ou volloir leur polroit ou polroient  En alant ou faisant contre la teneur de ces p(rése)ñtes

lettres  Et esp(é)c(i)allem(eñ)t au droit qui dist g(é)ñ(ér)alle renonciat(i)oñ non valloir  / ~  En tesmoing desquelles choses dessusd(ites)  ~  Ainsi avoir esté faictes, co(ñ)gneultes,

convenenchiés et obligiés que dit est à  Nous lesd(its) hom(m)es de fief  /  en advons ces p(rése)ñtes lettres  /  desquelles sont faictes deux d’ung teneur Pour ch(ac)uñe desd(ites)

parties en avoir une et elle en aider se mestier faict /~ scellées de noz sceaulx   ~   Ce fu faict le trezeysme jour du mois de janvier  /  de l’an quinze

.......................................... [ texte caché par le rabat du parchemin portant les queues de sceaux appendus [*2] ]


Notes :

Ce document fut rapporté par P. van Gehuchten, dans l’Intermédiaire des Généalogistes, 1964, pp. 177-181,

Fragments Généalogiques Montois - Les premiers Dessus le Moustier à Mons.

 

[*1] Prénom caché par le coin écorné du parchemin mais rapporté par van Gehuchten en note 13.

[*2] Les sceaux conservés :

-     la moitié du sceau d’Augustin Corbault montrant le lambrequin senestre et le cimier : une tête et col d’aigle dans un vol.  Lég. : ... CORBAULT.

-     le sceau de Jaspart le Brun montrant : une couronne (à 3 fleurons en forme de losange séparés par 2 perles sur longue tige) ; au chef chargé de trois étoiles à 5 rais.  Tenant sen. : un ange.  Lég. : ... LEBRUN.

-     le sceau de Jehan le Comte montrant : parti : au 1, une croix ancrée ; au 2, deux ancres passées en sautoir, les trabes en bas.  Cimier : deux têtes et cols d’oiseaux échassiers, les cols entortillés.  Lég. : S. IEHA LE COMTE SIGOE IIORVE.